Culture et Traditions

Le charme du tissu social de la Tanzanie est l’attraction principale pour la culture et l’éco-tourisme. Le folklore, les « ngomas » traditionnels et les styles de danse varient d’une tribu à l’autre. Pour la danse, la tribu Makonde vibre dans une frénésie de « Sindimba », tandis que la tribu Zaramo danse en procession « Mdunkido ». Les Maasai ont une danse bondissante, et accompagnée de leurs chants de voix profondes, elle peut même effrayer un lion. L’utilisation de serpents vivants par la tribu « Sukuma » dans leur danse, comme embrasser d’énormes pythons ou bien se battre avec eux au cours de leur danse « Bugobogobo » donne des souvenirs inoubliables aux visiteurs. Chacune des 120 tribus a sa « ngoma » (tambour traditionnel) et dansent dans tous les styles. Ces danses sont à la fois fascinantes et parfois sexy.

 

Différents styles d’habillement sont également des attractions pour les visiteurs. Les hommes Massai se drapent dans une toge comme couvrant mal leurs corps souples, tout en portant des armes traditionnelles telles que des lances, des bâtons et des grands couteaux. Les femmes Massai chargent lourdement leur cou, leurs bras, leurs jambes et leurs oreilles avec des bijoux allant de perles à des ornements métalliques. Habituellement, les hommes enduisent leur corps avec de l’ocre mélangé à de la graisse animale et tressent leurs cheveux.

 

Les Makonde se livrent à des tatouages sur leurs visages et leurs corps, ce qui est très attrayant. Les Makonde sont des maîtres de la sculpture et leur travaux représentent des luttes humaines, des conflits, l’amour, la passion, le bien et le mal, ce qui est magnifique.
Pour les habitants des zones côtières et insulaires, La peinture des mains, des pieds, des lèvres et des ongles au henné est une tradition millénaire.

Parmi les groupes ethniques uniques, vous trouverez les populations presque éteintes du centre de la Tanzanie. Ce sont les Sandawe (qui viennent d’Ethiopie),dont les voisins sont les Iraqw, Gorowa et Burungi, mais aussi les Hadzapi également connus sous le nom de Tindiga Kindiga et Kangeju, qui sont des tribus qui parlent des langues dites de ‘clics’. Les Ndorobo sont également une tribu parlant en ‘clic’, mais ils sont plus adaptées à la culture extérieure. Ces Tanzaniens sont des nomades, cueilleurs, chasseurs, collectionneurs et pêcheurs qui vivent dans les environs du lac Eyasi à quelques kilomètres du célèbre cratère du Ngorongoro . Aujourd’hui, il est affirmé que le nombre de ces personnes n’est plus que de 5000 individus quand ils étaient plus de 30.000 en 1965. Le défi ici est d’aider le gouvernement de Tanzanie pour sauver ces peuples de l’extinction. Les zones autour du lac Eyasi sont idéales pour faire des recherches scientifiques et anthropo-généalogiques pour conserver de telles informations pour le futur. Il est donc implicite qu’un contact immédiat est idéal: c’est maintenant ou jamais.

L’histoire de l’habitation humaine en Tanzanie remonte à près de deux millions d’années et les fossiles trouvés à Olduvai Gorge par Louis et Mary Leakey se trouvent désormais parmi les objets les plus importants des origines de notre espèce. Les artefacts de cultures paléolithiques ultérieures ont également été trouvés en Tanzanie. Il existe des preuves que les communautés le long de la côte de la Tanzanie ont été engagées dans le commerce outre-mer au début du premier millénaire de notre ère. En l’an 900, ces communautés avaient attiré des immigrants de l’Inde, ainsi que de l’Asie du sud-ouest, et le commerce direct était étendu jusqu’en Chine. Quand les Portugais sont arrivés à la fin du 15ème siècle, ils ont trouvé un grand centre commercial à Kilwa Kisiwani, qu’ils ont rapidement soumis à leur pouvoir. Les Portugais ont été expulsés de la région en 1698, après que Kilwa ait demandé l’aide des Arabes d’Oman. La dynastie omanaise de Bu Saïd a remplacé les dirigeants Yarubi de la région en 1741, et ils ont procédé à développer le commerce. C’est à cette époque que Zanzibar a gagné son statut de légende en tant que centre de l’ivoire et le commerce des esclaves, devenant en 1841 la capitale du sultanat d’Oman.

 

 

Dans l’intérieur de la Tanzanie, à peu près au même moment, les Massai et leur bétail ont migré du sud du Kenya vers la Tanzanie centrale. Peu après, le grand âge de l’exploration européenne du continent africain a commencé, et avec elle, la domination coloniale. La Tanzanie est tombé sous le contrôle allemand en 1886, mais a été remis à la Grande-Bretagne après la Première Guerre mondiale. L’actuelle Tanzanie est le résultat d’une fusion entre le continent (anciennement Tanganyika) et Zanzibar en 1964, après qu’ils aient tout les deux accédé à l’indépendance. La Tanzanie a, comme beaucoup de pays africains, connu des conflits considérables depuis l’indépendance, et son économie est extrêmement faible. Cependan , la stabilité politique semble avoir été établie au cours des dernières années.